Contexte :

«L’imagination, c’est de la mémoire passée à la moulinette et reconstituée en puzzles différents» (Barjavel).

Ce jeu détourne le «Puzzle tactile animaux du zoo». On se sert des pièces du puzzle pour émettre des sons et tracer des dessins dans de la matière.

 

Matériel à prévoir :

  • Du sable, de la semoule, des bouts de moquette.
  • Des sequins magiques
  • Des grelots, des maracas artisanales, des bâtons de pluie, des balles qui couinent, des carillons, etc.

 

Installation :

  • Les objets musicaux peuvent être accrochés aux poignées des pièces du puzzle.
  • À portée de main du puzzle, on dispose les éléments à marquer (sable, semoule, moquette, etc.)

 

Quelques expériences :

  • On peut utiliser le jeu de manière traditionnelle, en associant les formes et en caressant les types de fourrure sous les pièces.
  • Mais les pièces du puzzle sont désormais sonores ! On peut les secouer, les porter à son oreille, en saisir plusieurs pour associer les sons.
  • En se servant de ces pièces, on peut faire des dessins dans le sable ou la semoule. On dessine tout en produisant du son.

 

Pour les plus petits et ceux qui bougent moins :

  • Pour les enfants trop petits pour venir à bout du puzzle, on peut solliciter l’oreille en proposant une chanson accompagnée des pièces sonores.
  • On peut aussi associer les dessins dans le sable à un jeu de transvasement.

 

Proposition pédagogique :

  • Expérimenter plusieurs sensations en même temps : les sons, le touché des fourrure et du sable, les sensations du transvasement, etc.
  • Garder son attention le long d’un processus qui dure : depuis le puzzle jusqu’au sable, en passant par les distractions musicales.
  • Utiliser sa motricité fine.